Lucjan Wolanowski
SmodCMS

Lucjan Wilhelm Wolanowski

(né Lucjan Kon, le 26 février 1920 à Varsovie, mort le 20 février 2006 à Varsovie) – journaliste, écrivain, reporter et voyageur polonais. 

Arrière petit-fils de Majer Wolanowski (1844-1900), industriel, fils de Henryk W. Kon (1868-1949), juriste et de Rose Wolanowska (1883-1932). Il était le frère d’Elisabeth Wassongowa (1908-2007), rédactrice et traductrice ainsi que d’Irena Sawicka (1914-2004), juriste, et Julia Kon (1912-1912).

.

.

Né le 26 février 1920 à Varsovie, Lucjan étudia d’abord au Gimnazjum (collège) Mikolaja Reja à Varsovie. Après une période de maladie, il poursuivit son éducation au Prywatne Gimnazjum Sanatoryjne Mêskie (collège-sanatorium pour garçons) Jana Wieczorkowskiego à Rabka (1934-1938). Dans les années 1935-1938, avec Jacek Wo¼niakowski, futur historien de l’art et journaliste, il fut co-rédacteur du journal de son école, "Szczebioty".

Lucjan étudia ensuite la chimie à l'école polytechnique de Grenoble (1938-1939). Rentré en Pologne peu avant l’invasion allemande, il habita à Varsovie au début de la guerre, puis se cacha avec son père et sa soeur à Sochaczew et Podkowa Le¶na, notamment chez les Drabikowscy, dans leur villa "Wanda".

En 1941, il devint membre de Zwi±zek Walki Zbrojnej (Union de la Lutte Armée) avant de s’engager en 1942 comme soldat dans l’armée polonaise clandestine, l’Armia Krajowa, contribuant au développement de la presse indépendante.

Il débuta tout d’abord sous le pseudonyme Wilk dans "Kronika Tygodniowa" (La chronique hebdomadaire). Il y écrivit des feuilletons "Historyjki w cieniu historii" avant de collaborer au "Dzieñ Warszawy" (Quotidien de Varsovie) (1943-1944).

Après la fin de la guerre, il collabora avec l’Agence de Presse Polonaise (1945-1951) en tant que reporter. Il suivit notamment les conférences des journalistes étrangers au Ministère des Affaires Etrangères à Varsovie. A cette occasion, il rencontra de grandes figures du journalisme comme Edward R. Murrow, Sydney Gruson, Flora Lewis, Larry Allen, Vincent Buist ou encore Pierre Maréchal, tous étant des correspondants détachés en Pologne.

Il épousa Anna Bo¿enna Szumowska en 1950 (aujourd’hui Anna Wolan, née en 1924) qu’il avait rencontrée à l’Agence de Presse Polonaise. Elle fut plus tard soliste de l'Opéra de Poznañ. Leur mariage dura jusqu’à 1969.
Leur fille, Anna Helena, est née le 4 mars 1952. Elle habita jusqu’aux années 1960 en Australie (actuellement, elle habite dans au Nord de Sydney, à North Bondi).

Lucjan Wolanowski se spécialisa dans la littérature journalistique, en travaillant notamment dans les rédactions et en écrivant des reportages pour les magazines:
- "¦wiat" (Le monde) (1951-1969), entre autres les cycles: "Cudze skrzyd³a" (1957), "L±dy i ludy" (à partir de 1957); "Na dno i z powrotem" (1958); "Druga, ale czy ostatnia" du Japon (1960) et de l’Asie (1960),
- "Dooko³a ¦wiata" (Autour du monde) (1969-1976); notamment en tant que correspondant en Australie (1965-1967, 1975), en Asie, aux Philippines (1968) et en Suisse (1972),
- "Magazyn Polski" (Le magazine polonais) (1976-1984).

Il collabora avec les magazines suivants:
- "Przekrój" (dans les années 1940 et 1970), entre autres avec le cycle de reportages Teraz to ju¿ mo¿na opowiedzieæ,
- "Express Wieczorny" (L’express du soir) (Cracovie 1956); série de reportages d’investigation sur l’affaire d’un meurtrier, W³adys³aw Mazurkiewicz, à la suite desquels il eut deux procès en diffamation (disculpé)
- "Poznaj ¦wiat" (Découvre le monde) (1956-1957),
- "Kontynenty" (Continents) (1967-1968),
- "¯ycie Warszawy" (La vie de Varsovie) (1967-1968),
- "Vlasta" (Praha 1968),
- "Kulisy" (Coulisses) (1969-1970).

Il effectua cinq voyages autour du monde (1960-1972). Il fut accrédité auprès des casques bleus (1962-1963) durant les opérations de débarquement en Nouvelle-Guinée. En 1965, il reçut la bourse du Département d’Etat des Etats-Unis, il fut aussi le citoyen d’honneur de Springfield, dans l’Illinois. Il fut présent au Cap Kennedy lors du lancement de Gemini 5 dans l’espace.
Dans les années 1967-1968, il fut conseiller de l’Organisation mondiale de la santé à Genève, New Delhi, Bangkok et à Manille. Il écrivit des reportages sur les soins contre les maladies tropicales et la lutte contre le trafic de drogues aux Philippines, en Thaïlande, à Hong Kong, dans l’Etat de Sarawak, à Sabah ou encore à Brunei.

Membre de l’association professionnelle des journalistes de la République polonaise (1945-1951), de l’association des journalistes polonais (1951-2006), de l’Union des écrivains polonais (1959-1983), de la section polonaise du PEN Club (1971-2006) et de l’Association des écrivains polonais (1989-2006), Wolanowski fut également co-fondateur de l’Union internationale des écrivains aériens auprès de l’Organisation du transport aérien IATA à Montréal (1960).

Il écrivit 25 livres de littérature journalistique, réédités à plusieurs reprises et traduits dans de nombreuses langues. Il habita dans le cartier Mokotow, à Varsovie au 23, rue Odolañska, dans une ancienne résidence des employés de l’Agence de Presse Polonaise.

Il meurt le 20 février 2006 à Varsovie où il fut enterré au cimetière juif, rue Okopowa.

En avril 2006, l’Universytet ¦l±ski édita une publication spéciale consacrée à l’écrivain, comportant des fragments de son autobiographie, des interviews ainsi que des photographies d’archives de ses nombreux voyages. Parmi les auteurs, on peut mentionner: Jacek Wo¼niakowski, le professeur Hilary Koprowski, Eugeniusz Grasberg, Ludwik Jerzy Kern, Lech Paszkowski, Jolanta Klimowicz-Osmañczyk et Krystyna Goldberg.

Aujourd’hui dans la série "Wokó³ reporta¿u podró¿niczego" de l’éditeur Uniwersytet ¦l±ski à Katowice, un important travail d’édition est en cours de rédaction. Le tome comportera des textes scientifiques, des souvenirs liés à l’écrivain ainsi que des critiques littéraires. L’édition, qui sortira en 2009, sera richement illustrée par de nombreuses photographies de l’auteur.

Les archives de Wolanowski, constituées de livres, de manuscrits et de photographies de voyage, se trouvent actuellement à Brwinów, près de Varsovie et sont en cours de classification.

MARIUSZ KUBIK

(Traduction: EWA M¡CZKA)

Retour